Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier


Jean Guyon du Buisson (père et fils)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Guyon du Buisson (père et fils)

Message  Eric Dumoulin le Jeu 02 Sep 2010, 3:52 pm

GUYON DU BUISSON, JEAN (père), maître maçon, pionnier de Beauport, baptisé le 18 septembre 1592 à Tourouvre (Orne, France), fils de Jacques et de Marie Guyon ; il épousa Mathurine Robin le 2 juin 1615 : décédé le 30 mai 1663.

C'est en France que Robert Giffard (vers 1587-1668), seigneur de Beauport, recrute des colons pour défricher et peupler son fief. Jean Guyon est de ceux-là. Maître maçon d'excellente réputation, il a réalisé en 1615 l'escalier intérieur en pierre de l'église Saint-Aubin, encore visible aujourd'hui. Le 14 mars 1634, à Mortagne, Guyon signe donc un contrat qui l'engage pour trois ans auprès du seigneur Giffard, puis il passe en Nouvelle-France avec sa femme, Mathurine Robin (vers 1595-1662), et la plupart de leurs enfants, alors au nombre de huit; deux autres naîtront à Beauport.

Son engagement terminé, en février 1637, Jean Guyon prend possession de l'arrière-fief* du Buisson que lui avait promis Robert Giffard et adopte dès lors le titre de « sieur du Buisson », puis est agrégé à la noblesse. En 1645, son fils aîné, Jean Guyon, épouse Élisabeth Couillard de Lespinay, fille de Guillaume Couillard de Lespinay et Guillemette Hébert et petite-fille de Louis Hébert. Comme ses fils veulent s'établir à Québec, Guyon met son fief en location pour trois ans, à partir de 1659, tout en continuant d'y habiter. Son fils François finira cependant par s'y intéresser, non sans que Jean Guyon (fils) ne fasse valoir son droit d'aînesse. Un long procès dressera les héritiers les uns contre les autres après la mort du patriarche.

*Un seigneur pouvait concéder des arrière-fiefs dans le fief que constituait sa seigneurie. La possession d'un arrière-fief obligeait son propriétaire à faire acte de foi et d'hommage au seigneur. Il pouvait porter le titre de seigneur et ses obligations à l'égard de ses censitaires étaient les mêmes que celles du seigneur d'un fief.

ASQ, Documents Faribault, passim ; Séminaire, LVII.— JJ (Laverdière et Casgrain), passim.— JR (Thwaites), XXVII : 314.— BRH, XLIX (1943) : 268–272.— Louis Guyon, Étude généalogique sur Jean Guyon et ses descendants (Montréal, 1927).— É.-Z. Massicotte, Les Arpenteurs de Montréal sous le Régime français, BRH, XXIV (1918) : 304. Mme Pierre F. L. Montagne, Tourouvre et les Juchereau ... (Québec, 1965).

© 2000 University of Toronto/Université Laval

GUYON DU BUISSON, JEAN (fils), arpenteur royal, originaire de Mortagne, au Perche, né le 1er août 1619, décédé le 13 janvier 1694.

Arrivé au Canada probablement avec son père en 1634, Jean Guyon épouse à Québec, le 27 novembre 1645, Élisabeth Couillard, fille de Guillaume Couillard, qui lui donnera 12 enfants. C’est peut-être sous Jean Bourdon et Martin Boutet, tous deux arpenteurs, qu’il devint le premier arpenteur formé au Canada. Il exerçait déjà le 12 avril 1662, avec le titre d’arpenteur pour la seigneurie de Notre-Dame-des-Anges. Plus tard (1667), il s’intitulera « arpenteur du roi en ce pays ». Il ira finir ses jours à Château-Richer, où il avait obtenu une concession dès 1650.

ASQ, Documents Faribault, 117 ; Paroisse de Québec, 151 ; Séminaire, XXXVI : 1c.— BRH, XLIX (1943) : 268–272.— Louis Guyon, Étude généalogique sur Jean Guyon et ses descendants (Montréal, 1927).— É.-Z. Massicotte, Les Arpenteurs de Montréal sous le Régime français, BRH, XXIV (1918) : 304.

© 2000 University of Toronto/Université Laval
avatar
Eric Dumoulin
J'aime poster sur le forum

Localisation : Montréal

http://www.noblesse.radioactif.tv

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum