Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Avril 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier


Comment devenait-on (devient-on) noble?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment devenait-on (devient-on) noble?

Message  Eric Dumoulin le Mar 31 Aoû 2010, 11:25 am

L'anoblissement est issu d'un acte formel de volonté du souverain. On peut distinguer les anoblis par lettre, par charges et par fonctions. L'anoblissement est à distinguer de l’agrégation à la noblesse, autre mode d'accession à ce statut dont il est question un peu plus lion.

Anobli par lettres

Le statut est acquis par la concession de lettres de noblesse (ou lettres patentes) par le souverain, éditées surtout à l'occasion d'événements affectant la famille royale ou d'événements politiques.

Cette forme d'anoblissement est instantanée ou presque mais parfois suivie de révocation, comme en 1715, lorsque l'anobli par lettres dût payer pour rester noble. Les anoblissements par lettres ont subsisté jusqu'en 1830. Plus ancienne famille subsistante anoblie par lettres : Hurault de Cheverny et de Vibraye en 1349.

P.S. Mon ancêtre Guillaume Couillard de Lespinay a été anobli par lettres patentes.

Anobli par charge

Le statut nobiliaire provenait de la fonction occupée dans l'administration royale (Parlement, Cour des comptes, bureau des finances). C'est la « noblesse de robe ». Cette charge pouvant dans certains cas être achetée comme la fameuse charge, liée à la Chancellerie, de conseiller-secrétaire du roi, maison et couronne de France, devenue au XVIIIe siècle une simple sinécure. Elle était d'un prix souvent exorbitant car elle anoblissait, d'où son succès.

Mais ces charges ne créèrent pas nécessairement de nouvelles familles nobles, parce que certaines cours ne recevaient que des nobles. Par ailleurs, nombre de charges étaient exercées par des personnes déjà nobles.

Anobli par fonctions

C’est la « noblesse de cloche », dont le statut est acquis par des fonctions municipales de maire (Angers, Angoulême, Bourges, Poitiers), de prévôt des marchands, d'échevin de certaines villes (Paris, Lyon, et Capitouls de Toulouse).

Anobli par possession de fief noble

Dit "anoblissement aux francs-fiefs", pour une partie de la noblesse issue de Normandie entre 1470 et 1556. Le non noble, seigneur d'un fief noble (ou « franc fief ») possédant des droits de justice devait s'acquitter d'un droit qui lui garantissait l'agrégation à la noblesse. Divers ordonnances ont surveillé ces familles nobles normandes afin que leur mode de vie nobiliaire soit bien avéré, jusqu'à la suppression de cette ordonnance.

Anobli par les armes

Le service à l'armée conférait la noblesse dans les rangs de laquelle il était naturel d'admettre ceux qui s'étaient distingués sur les champs de bataille. C’est ce qu’on appelait la « noblesse d’épée ».

L’AGRÉGATION À LA NOBLESSE

L'agrégation à la noblesse est une expression historiographique désignant le processus par lequel, en France, des personnes ou des familles s'intègrent au groupe social nobiliaire sans l'intervention du pouvoir royal (lettres d'anoblissement, charges anoblissantes, etc.).

Définition

Depuis toujours la noblesse fut une classe sociale relativement ouverte. L'agrégation à la noblesse se fait donc par l'adoption de normes sociales considérées comme nobiliaires : rôle guerrier, renforcé par la possession des armes et de la monture, conception lignagère de la famille, absence de travail manuel, ... . Durant tout le Moyen Âge et le début de l'époque moderne, le fait de "vivre noblement", c'est-à-dire de partager les valeurs et le mode de vie de la noblesse, permet d'entamer un processus d'agrégation. L'agrégation est la plupart du temps un processus relativement long (3 ou 4 générations), mais il peut être aussi plus rapide dans certains cas. Ce processus repose globalement sur la considération de la famille dans son environnement social et culturel et pour une part sur le patrimoine financier de la famille.

Modes d’agrégation

Dans la France d'ancien Régime il existe plusieurs moyens de s'agréger à la noblesse :

1- L'achat d'un fief noble et d'en rendre hommage durant trois générations.

2- La possession centenaire : La possession centenaire consiste à jouir de certains privilèges de la noblesse (le port d’un titre de noblesse) sans que cela ne soit contesté durant au moins un siècle.

3- La vie noble : La « vie noble » se caractérise par le fait de vivre selon les coutumes nobles. "Vray est, que quand le Père et Ayeul ont vécu noblement, on tient qu'ils transmettent cette qualité à leur postérité" (Traité des droits honorifiques des seigneurs es églises - 1643).

Le paiement de la capitation noble, la convocation au ban, aux assemblées de la noblesse, les certificats de reconnaissance, etc., participent également à cette élévation sociale. Ce mode d'acquisition de la noblesse permit ainsi de tout temps à de nombreuses familles d'accéder au Second Ordre.

P.S. Mon ancêtre Jean Guyon du Buisson n'a jamais obtenu de lettres patentes lui accordant noblesse ou titre. Lorsqu'il reçu son fief, Jean Guyon s'est attribué à lui-même le titre de sieur du Buisson. Il en résulta une vive contestation. Le gouverneur Huault de Montmagny intervint et trancha la question au bénéfice de Guyon.

Pour en savoir un peu plus sur le sujet, visitez le blog de La noblesse québécoise en cliquant sur ce lien : www.noblesse.radioactif.tv.
avatar
Eric Dumoulin
J'aime poster sur le forum

Localisation : Montréal

http://www.noblesse.radioactif.tv

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum