Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier


Existe-t-il un registre d'engagés "les trente-six mois" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Existe-t-il un registre d'engagés "les trente-six mois" ?

Message  Invité le Mer 18 Nov 2009, 10:53 am

Je me demandais si il existait des registres des engagés (les fameux 36 mois) ?

Je pose beaucoup de questions, mais c'est que je suis un peu intimidée de demander en personne... Je suis pas mal toujours la plus jeune dans les salles de généalogie et souvent on me regarde comme si j'étais une étudiante qui était là juste pour un devoir...

Alors si j'arrive avec des références, je me sens plus en confiance... Honteux je suis une gênée... hihi
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

LES TRENTE SIX MOIS

Message  Aliénor le Jeu 19 Nov 2009, 9:33 am

Bonjour Hochi,
J'ai trouvé ce qui suit dans Google. Est-ce le sujet qui vous intéresse ?

LES TRENTE-SIX MOIS
XVIIe siècle - Comment l'esclavage devint une institution
C'est par touches progressives, du XVIe au XVIIIe siècle que les Européens ont implanté l'esclavage dans le Nouveau Monde et développé la traite atlantique. Cette orientation n'était au commencement en rien inéluctable. Elle l'est devenue du fait d'un choix collectif en faveur de productions spéculatives (sucre), sources d'enrichissement rapide, comme le montre l'historien Olivier Pétré-Grenouilleau.
Au final, les Européens ont justifié ces choix initiaux en légitimant l'esclavage des Africains. Au XVIIIe siècle, Montesquieu a décrypté cette démarche avec une ironie mordante...
Grandes plantations plutôt que cultures vivrières
Après la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb, les Européens, en premier lieu des Espagnols, s'installent sur place, dans les Antilles. Ils aspirent à s'enrichir très vite et pour cela, forts de leur supériorité militaire, obligent les habitants à travailler pour leur profit, soit dans l'exploitation minière (mais l'or est vite épuisé), soit dans l'agriculture.
La reine Isabelle de Castille attend de ces colons qu'ils développent les cultures vivrières, tant pour combler les besoins des Indiens que ceux des Européens, encore trop souvent victimes de famines et de pénuries alimentaires. Mais ils préfèrent s'orienter vers les productions de rente (canne à sucre...), dans de grandes plantations esclavagistes conformes au modèle existant en Méditerranée, dans le monde musulman et dans les comptoirs portugais du golfe de Guinée.
Une main-d'oeuvre de toutes origines
Les plantations de sucre assurent une bonne rentabilité sans trop de soucis mais elles requièrent une main-d'oeuvre nombreuse. Les Espagnols recrutent par la force les Indiens du cru. Mais ceux-ci succombent très vite à la tâche ou sous l'effet des maladies importées par les Européens comme la variole ou la rougeole.
Pour suppléer le manque de main-d'oeuvre locale, les planteurs du Nouveau Monde se tournent dans un premier temps vers l'Europe. De pauvres bougres, lassés de végéter dans les faubourgs des grandes villes, signent des contrats avec des intermédiaires par lesquels ils s'engagent à servir pendant 36 mois sur une plantation.
Surnommés «Bas rouges» ou «trente-six mois», les engagés sous contrat traversent l'océan sans bourse déliée et se voient promettre la liberté, un terrain et des outils, bref l'indépendance, à la fin de leur contrat. Mais leurs conditions de travail sont exécrables. Moins de la moitié arrivent vivants au terme de leur contrat ! Cela finit par se savoir en Europe, de sorte que le flux des engagés se réduit d'année en année jusqu'à s'éteindre vers 1720.

Dans le même temps, les colons complètent leurs besoins en main-d'oeuvre avec des Africains. Les premiers débarquent dans les Antilles dès 1502, en provenance... d'Espagne ! Pendant une bonne partie du XVIe siècle, en effet, les traficants de main-d'oeuvre se contentent de puiser parmi les milliers d'esclaves qui travaillent dans les plantations de la péninsule hispanique ou débarquent dans ses ports, en provenance des marchés d'esclaves africains ou orientaux.
Engagés blancs et noirs sont soumis aux mêmes règlements mais, tandis que l'effectif des premiers régresse d'année en d'année, celui des Africains ne cesse de croître.
Dans l'Amérique du nord anglo-saxonne, c'est en 1619 seulement qu'arrivent les premiers Africains. Au nombre d'une dizaine, ils débarquent à Jamestown, en Virginie.
Comme en Amérique hispanique, ce ne sont pas à proprement parler des esclaves mais des travailleurs sous contrat... recrutés sous la contrainte (notons que le procédé n'a rien d'exceptionnel car c'est aussi en usant de contrainte, par des rafles dans les ports, que la marine anglaise recrute ses équipages jusqu'à la fin du XVIIIe siècle ; on appelle cela la «presse»). Le sort des engagés africains est ni plus ni moins enviable que celui des engagés européens.
Sur la voie de l'esclavage
Lorsqu'à la fin du XVIIe siècle, les esclaves deviennent plus nombreux que les colons blancs, ces derniers commencent à élaborer des statuts juridiques contraignants en vue de se préserver des révoltes et... du mélange des races !
Interprétant la Bible de façon très abusive, les planteurs anglais voient dans les Africains les descendants de la race maudite de Cham (*). Ils justifient de la sorte un statut d'esclave en complète contradiction avec les idées politiques qui s'épanouissent alors en Europe.
Les planteurs des colonies anglaises qui deviendront plus tard les États-Unis se montrent au demeurant soucieux de bien traiter leurs esclaves. L'historien Tidiane N'diaye écrit à leur propos : «Les maîtres appelaient leurs esclaves my people et nombre d'entre eux se considéraient comme des patriarches bienveillants, attentifs au bien-être et à la bonne conduite de leurs esclaves» (*). Mais le sentiment de leur supériorité en vient à instiller chez les Anglo-Saxons et les Français des Amériques un racisme viscéral à l'égard des Noirs.
Le commerce triangulaire
Comme l'accroissement naturel ne suffit pas à couvrir les besoins des plantations américaines en main-d'oeuvre servile, il est nécessaire d'importer de nouveaux esclaves en nombre toujours croissant.
Le «commerce triangulaire» devient au XVIIe siècle une source immense de profit pour les armateurs et épargnants européens, comme aujourd'hui l'exploitation pétrolière. Ainsi que son nom l'indique, ce commerce se déroule en trois étapes :
1) Des navires partent de Bordeaux, de Nantes et des autres ports atlantiques chargés de verroterie, d'alcool mais aussi de fusils.
2) Dans les comptoirs côtiers africains, ces marchandises sont troquées contre des esclaves avec les chefs coutumiers locaux. D'après le témoignage du voyageur Mungo Park, ces esclaves sont en grande majorité des esclaves de naissance appréciés pour leur docilité. Pour le reste, ce sont des prisonniers de guerre.
3) Les navires traversent l'Atlantique et échangent leur cargaison humaine en Amérique contre du rhum, du sucre, du tabac ou encore des métaux précieux. Au terme de leur voyage, ils retournent en Europe, les cales remplies de précieuses marchandises (coton, sucre, café, tabac,...).
Notons que les grands bénéficiaires de ce commerce sont, outre les armateurs et leurs actionnaires, les roitelets africains eux-mêmes qui vendent aux Européens leurs esclaves. Ils en tirent un grand profit en termes de richesses mais aussi de pouvoir, grâce aux armes à feu qu'ils reçoivent en échange et qui leur permettent d'écraser leurs ennemis (*).
Les navires des «négriers» effectuent la traversée de l'océan Atlantique en trois à six semaines. Ils contiennent jusqu'à 600 esclaves enchaînés à fond de cale dans des conditions éprouvantes (mais les équipages de ces navires ne sont guère mieux traités et les taux de mortalité des uns et des autres pendant la traversée s'avèrent équivalents !).
Quelques centaines de milliers d'esclaves traversent ainsi l'Atlantique au XVIe siècle. Ils sont deux à trois millions au XVIIe siècle, 7 à 8 millions au XVIIIe siècle (le «Siècle des Lumières» !) et encore 3 ou 4 millions au XIXe siècle.
La traite des esclaves africains en chiffres
Pendant les trois ou quatre siècles qu'a duré la traite atlantique, l'historien Hugh Thomas estime à :
- 4,65 millions le nombre d'esclaves transportés par le Portugal (la colonie portugaise du Brésil faisant office de plaque tournante vers le reste des Amériques),
-2,60 millions d'esclaves transportés par la Grande-Bretagne,
-1,60 million d'esclaves transportés par l'Espagne,
-1,25 million d'esclaves transportés par la France,
-0,5 million d'esclaves transportés par les Pays-Bas,
-0,1 million d'esclaves transportés par les États-Unis.
La traite atlantique, du XVe au XIXe siècles, a concerné un total d'environ onze millions d'Africains, en majorité des esclaves de naissance vendus par les chefs africains ou les marchands arabes.
La traite orientale, organisée par les musulmans vers le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à travers le Sahara et l'océan Indien du VIIIe au XIXe siècle, a concerné quant à elle 17 millions d'Africains.
Une législation inique
À Versailles, à la Cour de Louis XIV, le ministre Jean-Baptiste Colbert est saisi en 1681 de la question de l'esclavage aux colonies en sa qualité de secrétaire d'État à la Marine.
Comme il est devenu impossible d'interdire cette pratique, sauf à se mettre à dos la riche bourgeoisie qui vit du commerce triangulaire, le grand Colbert entreprend de la réglementer. Homme de bureau, soucieux de rigueur et de précision, il prépare un texte législatif pour encadrer les relations entre maîtres et esclaves et préciser les sanctions qui peuvent s'appliquer à ces derniers.
L'article 44 précise : «Les esclaves sont des biens meubles». Mais d'autre part, les maîtres sont invités à éduquer leurs esclaves dans la foi chrétienne... Ainsi le texte ne craint-il pas de se contredire en considérant les esclaves à la fois comme des «biens meubles» et de bons chrétiens !
Cette contradiction va ouvrir la voie à toutes les interprétations de la part des planteurs, y compris bien sûr les plus iniques.
Intitulé Édit du Roi sur la police de l'Amérique françoise, le texte est promulgué en 1685 (l'année de la révocation de l'Édit de Nantes !) par le fils du ministre, le marquis de Seignelay, secrétaire d'État à la Marine comme son père. Il sera plus tard connu sous le nom de «Code noir».
Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, en Europe comme dans le reste du monde, la perpétuation de l'esclavage ne scandalise personne, pas même ceux qui se piquent de philosophie. C'est que cette pratique assure des profits rapides et à moindre effort aux planteurs et aux trafiquants, souvent gens issus de la meilleure bourgeoisie, voire de l'aristocratie éclairée.
Au XVIIIe siècle, de grands philosophes comme Montesquieu n'ont pas de scrupule à placer leurs économies dans les compagnies de traite (aujourd'hui encore, la plupart des boursicoteurs ne se soucient guère du caractère éthique de leurs placements).
Montesquieu reconnaît avec esprit l'inanité de l'esclavage (*) mais s'en accommode à la façon d'Aristote. «Il faut dire que l'esclavage est contre la nature, quoique dans certains pays, il soit fondé sur une raison naturelle», écrit-il dans L'Esprit des Lois.
On retrouve la même résignation à la loi «naturelle» dans l'Encyclopédie de D'Alembert et Diderot (article «Nègres»).
La vérité est que l'esclavage se révèle un frein au progrès technique et bien sûr social dans les colonies de plantation (comme plus tôt dans le monde romain et dans le monde musulman). Ni les esclaves ni leurs maîtres n'ont en effet d'intérêt ou de motivation pour élever les rendements et développer des procédés économes du travail musculaire.
C'est seulement à partir de la fin du XVIIIe siècle que les Anglo-Saxons puis les Européens du Continent se préoccupent d'interdire la traite et d'abolir l'esclavage. Le combat contre ces institutions est mené par des ligues d'inspiration chrétienne et philanthropique.
En 1770, les colons quakers (protestants rigoureux) de Nouvelle-Angleterre s'interdisent la possession d'esclaves. L'esclavage est pour la première fois au monde mis hors la loi au Vermont en 1777, dans les jeunes États-Unis d'Amérique. La France des droits de l'Homme s'y résout tardivement, en 1848 seulement. Le dernier pays chrétien à abolir l'esclavage est l'Empire du Brésil, en 1888. Cette mesure d'humanité vaut à l'empereur d'être déposé l'année suivante par la bourgeoisie de son pays.....!
Alban Dignat.

Amitiés de Normandie.
Suzanne
avatar
Aliénor
Je suis accro au forum

Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Existe-t-il un registre d'engagés "les trente-six mois" ?

Message  chscampeau le Jeu 19 Nov 2009, 1:10 pm

Bonjour Hotchi,

Les engagés ont été répertoriés par G. Debien et ses listes ont été publiées en quelques séries dans la Revue d'histoire de l'Amérique française (on dit le RHAF). La première c'est dans le no 6 année 1952-1953 page 221. Il y a une intro avant qui explique c'est quoi un engagé, son importance, son rôle dans l'économie, etc. Une autre c'est le no 13 année 1959-1960 page 247. Il y a aussi une liste pour les engagés de l'Île Saint-Jean, une autre pour ceux embarqués à Nantes. De toute façon tous ces engagés je les ai entré sur mon site :

http://www.naviresnouvellefrance.com/html/vaisseaux2/Rechercheequipagespassagers.html#retourbiographie

J'ai vu aussi sur Internet pour l'année 1664 si ma mémoire est bonne (mais le site n'existe plus je crois) des engagés de la compagnie de Robert Dugard dont les navires partaient de Rouen. Ceux-là je les ai pas. Mais je pense pas avoir vu de Labelle.

Sur le site web Archives Canada-France il y a les notaires Rivière et Soulard de La Rochelle qui sont en ligne. Dans base de données clique sur liste alphabétique des Fonds. Moi même je dois régulièrement allé voir ces notaires pour voir les originaux parce que G. Debien et d'autres chercheurs n'ont pas tout noté les infos dans ces contrats d'engagement. Et je suis surpris parfois de voir leur lieu d'origine et le navire sur lequel ils se sont embarqués dans le contrat mais que personne n'avait noté. Tu peux faire aussi une recherche avec différents mots clés comme engage, engagé, engagés, engagement, etc. parce que les résultats sont différents.

http://bd.archivescanadafrance.org/acf/search-acf.xsp

Faut pas désespérer un jour les registres en Normandie aussi seront sur ce site. Ils ne peuvent pas tout faire en même temps.

Amicalement,
Charles
P.S. tu n'es pas seule, moi aussi je suis parfois assez timide.
avatar
chscampeau
Je suis accro au forum

Localisation : Montréal

http://www.naviresnouvellefrance.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Existe-t-il un registre d'engagés "les trente-six mois" ?

Message  Invité le Jeu 19 Nov 2009, 2:35 pm

Merci beaucoup pour les infos, je connaissais quand même bien les 36 mois mais le texte que tu as mis est intéressant ça raffine mes connaissances encore plus!


Charles: Merci pour les références je vais m'y attarder tout de suite après avoir fini ce message! Et merci pour ton support moral Clin doeil un jour je vais passer par dessus ma gene... En fait j'aimerais trouver une personne de mon entourage qui se passionnerais autant que moi pour la généalogie mais... C'est assez rare... Triste
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Existe-t-il un registre d'engagés "les trente-six mois" ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum